ISOLATION ÉCO-CONCEPT

ÉTUDE DE CAS
UN DUPLEX DE 1959

ÉTUDE DE CAS

  • Voici une étude de cas réalisée  à partir de rapports d’analyses en d’efficacité énergétique, avant/après travaux, mené par une firme d’expert mandaté par Transition Énergétique Québec. La réalisation des travaux avait pour but d’amélioration l’efficacité énergétique des murs extérieurs hors-sol d’un duplex détaché à 2 unités de 1959. Les travaux ont fait l’objet de subvention dans le cadre du programme d’aide à la rénovation Rénoclimat. Les travaux d’isolation ont été réalisés en 8 heures seulement.

MISE EN CONTEXTE

  • Le client souhaite isoler son immeuble afin de diminuer les frais de chauffage et améliorer le confort de ses locataires.
  • L’intérieur des murs présente une lame d’air suffisante (0.75pc et =)
  • L’intérieur de la structure des murs est libre, sain et sans problème apparent.

INCONVÉNIENTS

  • Coûts élevés des travaux d’isolation dû à la démolition
  • Les longs délais dus aux travaux de démolition et de reconstruction et de finition pouvant aller de 15 à 30 jours.
  • Faible espace diponible pour l’isolation.
  • Délocalisation des locataires, entreposage des biens.
  • Plusieurs tonnes de déchet de démolition et de construction

DESCRIPTION DU BÂTIMENT

  • Client/propriétaire : N/B
  • Lieux : Québec, QC
  • Type de logement : Duplex détaché à 2 unités
  • Nombre d’étages : 2
  • Année de construction du bâtiment : 1959
  • Surface habitable : 1050 p2
  • Système de chauffage : électrique
  • Nombre de fenêtres et d’OB : 13
  • Aucun système de climatisation

Évaluation énergétique AVANT travaux

Référence : Rapport d’évaluation produit par un conseiller accrédité et mandaté par Transition Énergétique Québec

Date du rapport d’analyse : 16 novembre 2018

Référence dossier # 3M03D18229

Analyse des résultats d’essais ayant servi à l’évaluation énergétique du bâtiment avant travaux d’isolation.

  • Valeur isolante des murs vides : R-0 @ R-14
  • Taux d’infiltration d’air : 4.23 CAH
  • Surface de fuite d’air équivalente : 745 cm2
  • Évaluation des pertes de chaleur : 86 gigajoules
  • Cote énergétique : 60
  • Principale perte de chaleur : les murs
  • Consommation d’énergie reliée au chauffage : 67%

Recommandation augmenter la valeur isolante des murs de 1,6 RSI (R9) et abaisser le taux de changement d’air à l’heure à 3.80 CAH

Évaluation énergétique Après travaux

Référence : Rapport d’évaluation produit par un conseiller accrédité et mandaté par Transition Énergétique Québec

Date du rapport d’analyse final : Novembre 2018

Analyse des résultats d’essais ayant servi à l’évaluation énergétique du bâtiment après travaux d’isolation.

  • Valeur isolante des murs vides : R-15.82 @ R-18.29
  • Taux d’infiltration d’air : 3.61 CAH
  • Surface de fuite d’air équivalente : 637 cm2
  • Évaluation des pertes de chaleur : 41 gigajoules
  • Cote énergétique : 70
  • Consommation d’énergie reliée au chauffage : 56%
  • Diminution des GES : 6.4 tonnes/année

SOMMAIRE DES RÉSULTATS après étude de cas

  • La valeur isolante moyenne des murs traités est passée de (R-0 @ R-14) à (R-15.82 @ R-18.29)
  • Taux d’infiltration d’air est passé de 4.23 (CAH) à 3.61 (CAH) soit une diminution approximative, mais, significative de 5208pi3 de changement d’air/h.
  • Surface de fuite d’air dans l’enveloppe du bâtiment est passée de 745 cm2 à 637 cm2 soit l’équivalent de calfeutrer un trou béant de 111cm2 (10cm x 10cm)
  • Amélioration significative au niveau des pertes de chaleur passant de 86 (GJ/année) à 41 (GJ/année) portants à un gain de 45 gigajoules/année.

TABLEAU COMPARATIF

Nous avons identifié plusieurs points avantageux d’utiliser la technologie d’injection de microbilles Écobill MD/®.

    AVANTAGES

    • Travaux facilement réalisables dans un logement occupé;
    • Rapidité d’intervention. Généralement 1 journée suffit pour un pavillon de 2400pi2 surface habitable;
    • Aucune démolition nécessaire, propre;
    • Sans danger pour la santé, poussière ou vapeur nocive (amiante).
    • Représente une fraction du prix des travaux conventionnels avec démolition;
    • Amortissement des travaux à court et moyen terme;

    IMPACT ENVIRONNEMENTAL

    • Valorisation des bâtiments existants;
    • Approche du concept ‘zéro déchet’ en rénovation;
    • Réutilisation de 2.90 mètres cubes de polystyrène recyclé.
    • Se récupère facilement en déconstruction, ne contamine pas les matériaux en contact;
    • Recyclable à 100% pour être réutilisé dans le même procédé d’injection de microbilles de polystyrène.